GoPro et Documentaire non narratif “Leviathan”

Je profite de l’annonce cette semaine de la sortie de la dernière GoPro pour vous faire part du dernier documentaire que j’ai pu visionner faisant la part belle  à l’utilisation de ce type caméra (sans bien entendu enlever toute la légitimité et le savoir-faire aux deux auteurs de ce film) .

A noter toutefois que cette nouvelle édition de caméra embarquée a eu quelques évolutions techniques mais ce n’est pas d’après certains écrits la grande révolution attendue. Pourtant ces quelques points pourraient décider certains à franchir le pas ou à renouveler leur matériel !

GoPro HERO 3+  Black Edition Silver Edition

La GoPro Hero 3+ se décline comme à son habitude en deux versions ( Black et Silver Edition) et dispose des spécificités suivantes: 20% plus petite et légère, un transfert Wifi 4 fois plus rapide, une autonomie améliorée, amélioration de l’optique, des performances audio améliorées et un prix toujours aussi intéressant pour ce type de produit.

Bref, cette fois je ne suis pas là pour parler technique ou de test. Mais plutôt de son utilisation de plus en plus grandissante dans la réalisation de film, de reportage ou de documentaire. En effet depuis nombreux sont les réalisateurs qui utilisent ce produit pour donner une nouvelle dimension à leur film. A bon ou à mauvais escient d’ailleurs, à chacun d’en décider! Cependant on ne peut nier le fait que ces petites caméras numériques ont commencé à changer la donne il me semble dans les codes visuels habituels et les modes de narration.

Bon ok je vous l’accorde, jusque là il est vrai que les GoPro sont utilisées dans les vidéos de sports extrêmes ou dans des émissions du type “En quête d’actualité” avec la B.A.C de telle ville et que niveau narration ce n’est peut-être pas le summum.

Cependant, cette petite caméra dévoile son atout dans le cadre de captation de scènes immersives ou de prises de vues subjectives. Bien utilisée, elle peut apporter une forte valeur ajoutée à l’approche narrative d’un film.

Le dernier film documentaire non-narratif “Leviathan” réalisé par Véréna Paravel et Lucien Castaing-Taylor en est à mon sens la preuve concrète.

En embarquant sur un chalutier, l’ “ATHENA”, découvrez l’affrontement qui engage l’homme, la nature et la machine. Via un flot d’images sidérantes et une bande son de qualité, les deux réalisateurs nous invitent à plonger dans une ambiance mêlant nuit noire, sang, bruits assourdissant à la limite de l’asphyxie et du mal de mer parfois! Cette expérience cinématographique est inédite à mes yeux, elle échappe de part, principalement, l’utilisation de caméra GoPro à tout autre genre et tout forme de nomenclature.

Je ne rentrerai pas dans la critique pure de cette oeuvre ni même sur l’angle politique qui peut s’en dégager quant à la surexploitation des fonds marins. Je veux juste faire part de mon engouement pour cette écriture liés à l’utilisation de ces petites caméras, permettant d’associer la subjectivité à l’objectivité. Alors oui je l’avoue, “Leviantha” m’a donné un claque!

Le rendu esthétique, cette immersion brute et brutale avec les éléments, offre une expérience unique voire somatique avec ce film. Cela me conforte que les codes sont là pour être cassés et les écritures amenées à évoluer sans cesse!

Dans le cas présent, sans les potentialités techniques de ce type de caméra qu’est la GoPro (ou tout autre marque), les deux réalisateurs aurait eu plus de difficultés à repousser leurs limites et a partagé ce côté organique qui s’en dégage.

Vous l’aurez compris j’ai apprécié ce documentaire sur beaucoup de points, et conseillerez d’aller le voir tout en sachant que c’est le genre de film que l’on aime ou que l’on déteste, je ne pense pas qu’il y ait de demi-mesure!

Et pour les curieux voici la bande-annonce:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.