Investir dans de nouveaux talents ! Internet Fait des artistes!

Depuis quelques temps sur la toile, naissent différents sites proposant aux internautes de devenir par leurs souscriptions,  producteur ou plutot co-producteur d’artistes:   ArtistShare, Slicethepie, Sellaband et trois français qui sont Spidart, MyMajorCompany, créé par le Mickael Goldman (fils de JJ Goldman) qui devrait être ouvert ou qui ne serait tardé et un dernier NoMajorMusik.
Ces diffèrents sites, à quelques différences prêts, proposent aux internautes de financer des artistes qui en retour y trouvent les moyens de produire leurs albums. Le procédé propose un nouveau modèle économique innovant, dans une relation directe entre le “fan” et l’artiste. Mais pour l’instant peu d’artistes en profitent, ce qui n’est pas le cas des exploitants des sites…

En quelques lignes, le principe est simple : les internautes, après avoir écouter gratuitement quelques morceaux et échanger avec les artistes, peuvent acheter des parts dans la production de leurs albums, à raison de 10 euros la part. Dès qu’un artiste atteint un certain seuil de contributions (70 000 euros chez MyMajorCompany, 50 000 euros chez Sellaband ou   Spidart …), son album est réalisé et promu par les sociétés qui gèrent ces sites de souscription, dont les équipes sont composées, au-delà des webmestres, par des anciens de maisons de disques et majors.
Le revenu des ventes de l’album se partagent ensuite entre l’artiste, les internautes coproducteurs et les sites en question (30% pour les internautes, 20% pour l’artiste et 15% pour MyMajorCompany chez cette dernière (le reste allant au distributeur) ; 35% pour les internautes, 35% pour l’artiste et 30% pour Spidart qui s’occupe de la distribution).

Pendant ce temps-là, l’argent investi par les internautes dort au bénéfice des exploitants du site, et l’argent ne peut être investi ou versé aux artistes tant qu’ils n’ont pas atteint le seuil plancher nécessaire.
Si l’idée est bonne, avant de parler de nouveaux modèles économiques significatifs, reste à savoir si cela profitera réellement à plus qu’une poignée d’artistes…

Mais je ne suis pas là pour juger, deplus en ai-je les compétences ! La seule chose que je peux dire c’est une autre voix pour les artistes,  pour essayer de percer dans ce monde très difficile de la musique, où dans ce cas, seuls les internautes sont juges de ce qu’il voudraient vraiment écouter, et non pas subir d’une certaine manière les diktats ou les décisions de diffusions d’une Major.

Il y a quelques mois, en novembre 2007 pour être exact, avant que la presse commence à parler des ces nouveaux réseaux de productions et notamment en France de MyMajorCompany,  j’ai pu rencontrer la jeune et charmante artiste, auteur-compositeur-interprète nommée T-Ka, qui a bénéficié de ce système ! Inscrite en octobre 2006, sur le site Sellaband, l’artiste française a mis un an à réunir les 50 000$ nécessaires à la production de son premier album, et T-Ka était alors la 11e artiste à atteindre cette barre parmi les milliers de groupes inscrits sur ce site. ( Et oui une des premières artistes à se faire financer sur un site internationnal était françaises!!!) Ainsi près de 700 personnes dans le monde ont apprécié sa musique et lui font confiance en devenant des “believers”  dans le texte, c’est à dire des “co-producteurs” en investissant au minimun 10 € dans l’achat de part du futur album.

Pour elle c’est une chance qui lui ai donné de commencer, une nouvelle aventure notamment à l’internationale, en particulier parce qu’elle chante en Anglais !  Avantage pour une carrière interantionale mais apparemment inconvéniant pour le marché français pour cette jeune artiste française!! Pourquoi? Pour différentes raisons d’après ce que l’on m’a dit, tout d’abord les quotas musicaux entre chanson française et étrangère, deuxièment la mentalité du marché et des maisons de disque qui considèrent très simplement que si ta langue maternelle n’est pas l’anglais c’est pas la peine !! C’est vrai, essayer de trouver des français qui chantent en Anglais, ils ne sont pas nombreux si l’on doit les compter à part dans certains courants musicaux!

Ce qui est certains, c’est que  cette petite femme n’a pas choisi la simplicité pour vivre de sa passion! Mais en tout cas cela lui réussit, et ses chansons de “pop-soul” sont très réussies, peut-être une future grande de ce genre musicale!

Depuis le jour où cette dernière a eu la somme dédiée à l’enregistrement de son album et aujourd’hui, beaucoup de chose se sont passées, de Paris, à Londres en passant par Amsterdam et les Etats-Unis, à la rencontre de producteurs potentiels, en studio d’enregistrement avec des musiciens de hauts niveaux, c’est une vraie aventure que vit la jeune artiste T-KA !

Il me semblait intéressant de pouvoir suivre ces moments et ces étapes de cette nouvelle vie professionnelle et atypique!  C’est pourquoi fin 2006 nous avons décidé, mon associé et  moi-même, de la suivre tout au long de son évolution et de réaliser un portrait contemporain de cette jeune artiste française. Cette dernière nous a donné son accord afin de permettre aux internautes ou autres de vivre, participer et partager le destin et le quotidien d’un(e) jeune artiste indépendant(e) sous la forme d’un journal de bord internet à mi-chemin entre road-movie et série web-documentaire.! En effet une fois les 50 000$ atteints ça ne fait que commencer, la route est encore longue et les ambuches nombreuses: trouver le bon producteur, les bons musiciens, le studio d’enregistrement….

C’est donc cette réalité  que nous souhaiterions mettre en avant  avec ce “portrait-documentaire”, mais dans l’attente du document final nous porposons aux internautes le temps du tournage et de la réalisation , le moments forts de cette aventure ainsi que les réactions à chaud de l’artiste sur le site [A]side.
Voici donc le teaser que vous pouvez retrouver sur [A]side.