Exclusivité: Test du Kinotehnik LCDVFe

Zacuto Z-Finder, Cineroid EVF et officiellement depuis le NAB 2012 un nouveau périphérique du même type à fait son apparition, le kinotehnik LCDVFe !

Commercialisé courant Mai, le dernier né des oeilletons électroniques vient bousculer le marché très concurrentiel d’aide au tournage. J’ai pu en exclusivité grâce à mes amis du site Reddotphotovideo tester ce dernier en situation au cours de la semaine passée. Il est bon de noter que celui-ci n’est pas seulement destiné aux boîtiers DSLRs ou hybrides, mais qu’il est adaptable sur bon nombre de caméras dont la RED EPIC par exemple, la C300 de chez Canon ou la Sony F3.

DESCRIPTIF du LCDVFe et de ses options ou fonctions LCDVFe_KinotehnikLCDVFe_Kinotehnik-2

Mon premier ressenti à la réception du colis est positif, le produit est présenté dans un packaging de qualité dans une mousse pré-découpée mettant à disposition différents éléments: en premier lieu bien évidemment l’oeilleton au design propre, 2 logements de piles AA, 2 cables HDMI, une système de fixation sur griffe de qualité, un petit rod , 2 attaches câbles et un cable d’alimentation D-Tape.

LCDVFe_Kinotehnik-3LCDVFe_Kinotehnik-5

Après une première rapide installation sur le porte-griffe et le raccordement du LCDVFe à la sortie HDMI du boîtier, l’ensemble semble prêt à fonctionner. Il me reste plus qu’à intégrer les piles dans le compartiment réservé après avoir réussi à extraire le cache arrière du kinotehnik (peur de casser le clapet, il m’a fallu un peu forcer afin de pouvoir extraire ce dernier pour libérer l’emplacement). Par la suite, une petite pulsion sur le bouton ON/OFF situé sur la partie latérale pour lancer le fonctionnement de l’oeilleton et commencer le test. Mais là, rien! Arghhhh, encore une première série pas au point?! Vérification faîte, ce petit problème provient du logement à piles qui s’était déplacer et ne faisait plus contact avec les deux cosses d’alimentation de l’oeilleton. Une fois résolu le problème, y a plus qu’à !..

LCDVFe_Kinotehnik-7LCDVFe_Kinotehnik-8 Mais avant de donner mon ressenti sur ce nouveau produit, je propose de réaliser avant un petit tour des différentes fonctions mises à disposition et du produit lui-même. Equipé d’un processeur Altera Cyclone FPGA, le LCDVFe se voit offrir un allumage rapide ainsi qu’un affichage et une résolution de qualité sur un écran 3 pouces 24 bits en 800 x 480 proposant un angle de vue équivalant à 180° en vertical et en horizontal. Tout comme ses concurrents, une grande autonomie est également disponible avec 6 heures d’utilisation en continue d’après le constructeur ( en même temps il est rare de filmer autant de temps en continuité).

Côté menu, les fonctions disponibles en anglais sont les suivantes: General, Presets, Display, Video, Functions, Guides, OSD, Keys.

LCDVFe_Kinotehnik_ecran_extLCDVFe_Kinotehnik_ecran

Si l’on veut détailler cette interface:

General: permet de régler la fonction d’économie d’énergie en définissant le temps de mise en veille ou d’instinction totale.

LCDVFe_Kinotehnik_affichage

Presets: Possibilité de configurer l’oeilleton dans son ensemble ou seulement certaines fonctions avec des presets pré-enregistrées à partir d’un soft développé par le fabricant. Ce dernier est téléchargeable sur le site kinotehnik; à l’heure où j’écris c’est quelques lignes, seule la version PC est disponible, une version Mac est prévue prochainement.

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-2

Display: réglages offrant la possibilité  de faire varier et de personnaliser les différents niveaux de luminosité, de contraste et  de saturation ou netteté de l’écran LCD,

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-3

Format: Fonction Zoom numérique positionnable, définition du format de la vidéo (Auto, 16:9, 15:9,4:3, 3:2,1.85:1, 2:1, 2.39:1), du mode crop et de son application vis à vis des formats vidéos choisis,

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-4

Fonction: réglages et paramétrages des différentes fonctions d’aide à la mise au point et à l’exposition:

Focus Assist (Ecrêtage): appelé également “peaking”, l’option d’origine manquante dans la plupart des reflex numériques. Celle-ci permet d’accentuer les bords à des fréquences différentes pour faciliter la mise au point manuelle, se traduisant par un surlignage de couleur du contours des formes pour lesquelles le point est bon.

Exposure Assist: généralement appelé Zebra de luminance ou de chrominance, autre caractéristique qui me paraît essentielle, étant donné les limites de la plage dynamique des DSLRs. Vous pouvez activer ou désactiver rapidement cette option via les boutons de raccourcis latéraux, permettant un affinage de l’exposition en mettant en évidence les zones sur-exposées et celles qui sont sous-exposées via un principe de ligne diagonales affichées dans l’aperçu de l’écran.

Image Effect: Cette option permet de changer l’apparence colorimétrique du contenu affiché en bleu, Noir & Blanc ou False Color (fausse Couleur, multi-couleur en fait). L’ensemble de ces fonctions bien utiles  permet d’avoir plus de faciliter à contrôler les valeurs d’exposition des éléments contenus dans votre cadre.

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-5

Guide: guide à l’écran et délimitation de la zone concernée pour l’aide à la composition de votre cadre,

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-6

OSD: sélection des éléments affichés à l’écran ( niveau batterie, histogramme, vumètre audio) et de leur positionnement sur ce dernier si nécessaire lors de la captation,

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-7

Keys: paramétrage des touches de fonctions personnalisées.

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-8

D’un point de vue connectique, on retrouve tout d’abord sur la partie infèrieure 2 prises HDMI, une entrée permettant de connecter l’oeilleton à votre caméra et une sortie HDMI Loop Out avec audio autorisant ainsi de relier le viseur à un autre périphérique HDMI de type écran ou mieux un enregistreur de données. Est disponible également une entrée mini-usb facilitant la mise à jour du micro-logiciel du LCDVFe mais aussi en le branchant sur un ordinateur la modification ou l’enregistrement de “presets” personnalisés issus du logiciel Kinotehnik (idéal lors d’un tournage lorsque vous êtes en possession de plusieurs appareils) et dans un proche avenir le contrôle via un “joystick” optionnel. Sur les parties latérales sont disponibles d’un côté une entrée permettant  d’alimenter via une source externe (4-17v) le module ainsi qu’un bras articulé autorisant l’orientation et le positionnement de l’oeilleton.

A noter donc et contrairement à ces deux principaux concurrents, le produit de Kinotehnik ne s’alimente pas avec des batteries de type Sony de type NP-F550/F750/F950 ou Canon LP-E6, mais simplement grâce à 4  piles AA (recharchageables ou non) ou via une batterie Anton Bauer possédant une connectique D-Tap.

Exemple d’alimentation par une source externe en 9V:

LCDVFe_Kinotehnik_affichage-9

Sur l’autre partie latérale opposée est implanté la console de réglage donnant accès directement à différentes options via des boutons tactiles personnalisables (via le menu principale), un bouton et un voyant indicateur de mise en veille ou d’alimentation ainsi qu’un bouton “menu” permettant l’activation ou non de l’affichage de celui-ci sur l’écran de visualisation.

LCDVFe_Kinotehnik-10LCDVFe_Kinotehnik-11

Côté purement matériel, malgré une dimension qui pourrait paraître imposante, le LCDVFe sans batterie est assez léger (environ 350 gr) grâce aux matériaux en plastique robuste qui le composent. Le système optique est composé d’une lentille de grande qualité et un réglage de la dioptrie ( -2 à +2 ) offrant une lecture de l’écran des plus aisées. A noter qu’il est possible d’affiner si nécessaire la correction dioptrique en vissant des oculaires de diamètre 46mm sur la lentille principale traitée anti-buée, option très intéressante pour les gens qui comme moi ont des spécificités ophtalmologiques.

Dans le pack est livré un système de fixation sur griffe de très bonne manufacture. Ce dernier offre en plus de la possibilité de se greffer sur la partie supérieure de votre boîtier, de se fixer sur des rods de diamètre 15mm et d’y adjoindre grâce un trou fileté un bras magique pour proposer un meilleur déport de l’oeilleton. A ce titre, pour avoir une plus grande flexibilité dans les positionnements ou configurations possibles il aurait été ingénieux de la part du constructeur  de proposer une option “flip” de l’affichage (disponible sur le Cineroid) permettant ainsi de retourner l’image si nécessaire suivant le positionnement de l’écran.

LCDVFe_Kinotehnik_deportLCDVFe_Kinotehnik_deport-2LCDVFe_Kinotehnik_deport-3

En pratique, lorsque vous portez à l’oeil l’oeilleton de visée, ce dernier offre un bon confort et englobe parfaitement votre oeuil empêchant toutes interférences lumineuses extérieures pouvant gêner votre lecture. A l’affichage sur votre écran, en plus des paramètres normalement affichés sur le liveview de votre caméra, il est possible de sélectionner différentes options que ce soit d’aide à la mise au point, à l’exposition et à la composition bien entendu, mais également le niveau de la batterie de votre oeilleton, l’histogramme de votre cadre ou le vu-mètre de votre captation sonore lors d’un tournage. A ce propos il est dommage de constater que le constructeur ai pris en considération que les caméras équipées de leur LCDVFe étaient toutes équipées d’une sortie casque et de ce fait ne propose pas sur son oeilleton de connectique pour brancher un casque afin de monitorer par son biais le son.

Autre point, un petit temps d’adaptation et de pratique sont nécessaires lorsque vous êtes en situation de tournage l’oeil plongé dans l’oeilleton afin de situer les boutons latéraux de contrôle des options sans devoir relever votre tête. Côté affichage, le temps de réaction et de latence à l’allumage ou en tournage est des plus réduits (comparé à ses concurrents), et la qualité de l’écran est magnifique.

Alors en résumé, mes premières impressions sur l’objet :

Les points négatifs:

– pas de pochette ni de sacoche de rangement,

– pas de protège lentille pour éviter les rayures ou autres mésaventures lors du transport,

– système de fixation parfois un peu trop souple par rapport au poids de l’oeilleton et au positionnement de ce dernier,

– pas de prise casque pour “monitorer” le son de votre enregistrement.

– pas de possibilité de détacher le système de loupe de l’écran pour se servir uniquement de l’écran.

– pas d’option “flip” de l’affichage de l’écran,

– pas d’alimentation via des batteries de type Sony de type NP-F ou Canon LP-E6,

– (défaut du compartiment batterie, faux contact peut-être uniquement sur le modèle que j’ai pu tester).

Les points positifs:

+ écran lcd avec un excellent affichage écran,

+ plusieurs options d’aide à la mise au point et à l’exposition personnalisables,

+ définition personnalisée de l’espace cropper,

+ mise à jour du firmware possible via usb,

+ possibilité de paramétrer 5 configurations personnelles (presets) + 2 pré-établies (canon et nikon),

+ système de réglage de dioptrie pouvant être affiner par le rajout d’oculaire,

+ sortie HDMI Loop avec audio pour connecter un écran contrôle ou enregistrer de données,

+ paramètrage et gestion intelligente de la mise en veille ou de l’instinction du LCDVFe,

+ paramétrage de l’affichage de l’écran (contraste, luminosité, ..),

+ paramétrage et traitement du format vidéo d’enregistrement,

+ option crop personnalisable,

+ bras articulé de positionnement de l’écran,

+ boutons de fonction de la console personnalisables,

+ longue durée d’utilisation sous alimentation par piles,

+ oeilleton basculant,

+ plusieurs options d’alimentation 4-17V (interne ou externe),

+ une connectique USB pour l’upgrade du firmware ou à venir le contrôle via joystick de l’oeilleton,

+ une assistance logiciel “LCDVFe Manager” pour le réglage des presets, l’upgrade du firmware,

+ faciliter de changer les piles sans démonter le LCDVFe de son support,

+la fourniture d’un système de fixation universelle multi-fonction (griffe ou rod)

+ son prix (899€)

En conclusion, le Kinotehnik LCDVFe de part une manufacture des plus soignées, une ergonomie adaptée, une approche “simpliste” et une utilisation facilité par les nombreuses personnalisations de ses options offre de bons atouts!  Il permet du moment que votre appareil soit équipé d’une sortie HDMI de rajouter des options supplémentaires à votre boîtier en termes de fonctionnalités de mise au point ou d’exposition. A noter de plus que l’utilisation optimale de ce produit est atteinte lorsque vous avez la possibilité de lui adjoindre sur la sortie HDMI un enregistreur de données, vous offrant par ce biais et grâce à son processeur Altera cyclone FPGA un large panel d’options sur le format final de vos rushs à condition d’avoir bien entendu une sortie HDMI sur votre caméra propre c’est à dire non-bridée et transmettant l’audio.

MAJ 26/06/2012: Kinotehnik a mis à disposition sur son site la nouvelle version 08 de son firmware à télécharger directement sur la page de son support. De même le fabricant a rendu disponible la version Mac de son logiciel de gestion de l’oeilleton, LCDVFe Manager, ce dernier permettant à chacun de définir de nouveaux presets et de mettre à jour le microgiciel du LCDVFe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “Exclusivité: Test du Kinotehnik LCDVFe”